Les extraits inédits
Recherche :
 

GIL Michèle

Préface de Christian Lacroix à l'Arlésienne

Voir l'auteur  


Préface de Christian Lacroix à l'Arlésienne

A la poursuite de l'Arlésienne

C'est une quête d'autant plus trépidante et excitante qu'on la sait presque impossible. Les filles d'Arles iront toujours plus vite qu les créateurs et leurs modes qu'elles précèdent et suscitent.

Ce qui explique qu'assez souvent et avec conviction totale, à la question gigantesque « qu'est-ce que la beauté ? » Je réponds : « L'Arlésienne ». C'est la poursuite inextinguible d'un idéal insaisissable et précis à la fois, tant le parfum dans son sillage est fort, opulent, qulque peu hypnotique, fait de sensualité, d'élégance et d'authenticité.

Cette femme, son allure et ses atours sont enracinés dans la terre, les pierres et notre chair. On voudrait l'enfermer dans son folklore alors qu'elle est ancrée dans l'actualité la plus virulente, connectée à l'époque, aux problèmes sociaux économiques, religieux, politiques.

On voudrait la codifier à l'aune de ses rubans, au nombre de ses épingles, à l'ampleur de ses jupons alors qu'arlésienne elle reste, en jeans et en chemise d'homme aussi bien en « chapelle », « gansé » ou « Mireille ».
On voudrait la réduire à une icône de musée, si vivant fût-il, alors qu'elle est actrice de sa ville, de son pays et du monde. Aucune région n'a pratiqué ses modes et son costume d'une façon aussi viscérale, naturelle, totale, englobant toutes les couches de la société, traversant les siècles et les « Tendances » de Paris et de ses diktats, ceux de la rue comme ceux de la Haute couture qu'Arles ne s'est jamais laissé imposer, n'y choisissant que ce qui lui sied, transformant les goîts du jour en costume de toujours. Comme si les gravures (ou photos) de la capitale avaient été scrutées, disséquées, adaptées, tremplin d'une créativité locale.

La taille monte ou descend chez Rose Bertin. Mais de la Roquette à la Cavalerie en passant par l'Hauture, les structures restent inspirées par ce « je ne sais quoi » qui fait le goût des arlésienne, non pas obsolète ou décalé, mais libre.

Les modistes du Palais Royal se surpassent. Mais elles ne sauraient rivaliser avec cette alchimie obscure des rubans et des velours, des borcarts et des dentelles, des satins et des bijoux où s'expriment chaque quartier, chaque village, chaque famille.

Les jupes s'allongent, gonflent ou raccourcissent avenue Montaigne. Mais les héritières de l' « atelier de couture » de Raspal les adaptent leur propre morphologie, les confrontent à leurs envies, les recréent selon leurs propres goûts.

Et je crois que si les hasards de ma vie avaient été autres, j'aurai pu faire là, entre Crau et Camargue, ma maison de couture idéale. Elle n'aurait pas été moins contemporaine ni moins populaire et m'aurait permis d'exprimer sur place ma gratitude envers ce théâtre des modes passées, présentes et futures que m'a offert cette ville. J'ai ouvert les yeux sur des arlésiennes en soie fluide et pastel. Puis il y a eu la faille, la moire, et les taffetas les plus obscurs. Plus tard, la résurrection de tous les imprimés, des cretonnes et des indiennes. Mais c'est à Paris (et maintenant à Miami !) que se trouvent les « commanditaires décisionnaires ». Et c'est Faubourg Saint-Honoré, à deux pas de chez Féraud, qu'ont essaimé gilets, fichus, châles, gardian et gardiannes, cahermire, croix, cigales et ex-voto, tabliers, jupons et « droulets » faisant de bien des New-yorkaise ou Milanaises, Moscovites ou Tokyoïtes, Pékinoises ou Londoniennes, des arlésiennes en puissance. Je répète souvent que je suis un adulte assez chanceux pour avoir vécu des rêves si fous que l'enfant que j'étais ne les envisageait peut-être même pas. Car si l'on m'avait dit, les soirs exaltés de « Pégoulade », lorsque je guettais le c'ur battant l'arrivée de la Reine d'Arles, que j'apporterai trente ans plus tard un petit quelque chose à ce défilé, en le prolongeant des Lices vers les podiums de Paris et les boutiques de la planète, je ne l'aurais bien sûr pas cru.

Nos arlésiennes sont donc un peu partout, prêtant un peu de leur secret de par le monde. Mais elles restent uniques. L'arlésienne n'est pas, en effet, qu'une garde-robe. C'est une marque de fabrique, un caractère, un état d'esprit. Un art de vivre, une philosophie. Une « attitude » à la fois exigeante et généreuse, spirituelle et charnelle, maternelle et innovante, hiératique et populaire. Bref, un idéal.

Christian Lacroix