Les extraits
Recherche :
 

GIL Michèle

L'Arlésienne et la mode parisienne du 18è siècle à nos jours - Le Droulet
Equinoxe 2006

Voir l'auteur  


L'Arlésienne et la mode parisienne du 18è siècle à nos jours - Le Droulet
Equinoxe 2006

"Premiers éléments du costume d'Arles

Le droulet

Au XVIIIe siècle, le premier vêtement particulier qui deviendra un élément spécifique du costume d'Arles, durant cette période et en tout début du XIXe, est le droulet. Quelle est l'origine exacte de ce vêtement ? Cela reste un mystère, le droulet ou drolet (suivant les textes de l'époque) est un vêtement endossé, dérivant sans doute des robes de dessus de la mode à la française, dans lequel les arlésiennes ont remplacé les parties relevées par des fentes.
C'est en 1715 que l'on trouve le droulet signalé, pour la première fois, dans un inventaire après décès et en 1716 que l'on apprend, par des lettres patentes, que des femmes se consacrent à la confection de ce vêtement. Au fil des années il sera de plus en plus mentionné dans les inventaires.
Mais il faut attendre 1774 pour avoir sa première représentation picturale grâce au peintre toulousain François Lucas qui, de passage en Arles, croque une Arlésienne avec droulet et chapeau à la Bérigoule, de dos et de face, ce qui permet de constater la spécificité de ce vêtement endossé, qui se divise ne quatre parties prolongées de pans flottants dans le dos à partir de la taille. Très rapidement le droulet va voir son volume s'amenuiser de plus en plus car, à mesure que dans la mode parisienne le caraco diminue de largeur, le droulet fait de même. Les empiècements de devant disparaissent, se résumant à d'étroites bandes de tissus qui passent de chaque côté de la poitrine, cernant les emmanchures, dégageant totalement le corsage. Quant aux pans de la basque, ils vont s'affiner de plus en plus, devenant durant la période post-révolutionnaire, étroits comme des rubans, alors qu'ils partent de beaucoup plus haut, remontant entre les épaules. Les manches, qui se terminent par un revers double, s'arrêtent aux coudes laissant dépasser le corsage de dessous dont les manches, longues, vont jusqu'aux poignets."